Critiques littéraires

Le Nouveau Parleur, Franck J. Matthews

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas lu de Fantasy… Et le livre de Franck J. Matthews m’a rappelé combien j’aime ce genre! Les forêts luxuriantes, la magie qui gravite autour de nous, une ambiance médiévale… Franchement, c’est l’un de mes styles préférés.

Comme je vous l’avais dit dans un précédent post, j’essaie de lire de plus en plus de livres auto-édités. Certains auteurs de cette catégorie ne bénéficient pas de la visibilité octroyée par les maisons d’édition (même si certains, comme Jupiter Phaeton, s’en tirent plutôt bien). Et quand nous tombons sur une pépite, nous sommes d’autant plus heureux.

Donc, fans de Fantasy, arrêtez-vous sur cet article et découvrez l’univers de Franck J. Matthews.

Nous suivons ici Degan, un voleur dans le bagne d’Avir. Il mène sa vie au jour le jour, chapardant de quoi vivre avec l’aide de son meilleur ami. Un jour, après avoir commis un méfait qui le conduit à la potence, il se fait sauver in extremis par une vieille dame, au caractère bien trempé. Neela, le nom de cette personne, lui racontera alors qu’il est le « Nouveau Parleur », un individu doté d’une empathie très développée, lui permettant de ressentir les sentiments des autres et même de communiquer avec tous les êtres vivants (les humains, les animaux…). Une autre partie de ses capacités concerne la possibilité de manipuler, de faire faire tout ce qu’il a envie à qui il a envie. C’est ce vice qu’a embrassé Jalen, l’ancien Parleur, banni pour en avoir abusé à ses propres fins.

Degan, avec Neela et Arkos, le commandant, va se lancer dans un périple périlleux, afin de réaliser une prophétie et d’accomplir sa destinée.

Comme je l’écrivais en introduction, je suis très friand des univers Fantasy. Franck J. Matthews réussit bien à nous immerger dans cette atmosphère et respecte les clés de création d’un roman du genre. Son style m’a d’ailleurs fait penser à celui d’une Robin Hobb (critique de l’Assassin Royal prochainement) et voici pourquoi:

Tout d’abord, les descriptions sont très détaillées. On peut très bien s’imaginer tous les décors de l’histoire et l’auteur est très précis sur sa manière d’aborder les éléments de l’espace, les forêts, villages, palais… J’aime beaucoup la minutie pour décrire, cela donne du concret au lecteur.

Ensuite, et je trouve que cela a été le point fort du livre, les personnages sont très bien travaillés. Le groupe Degan, Neela et Arkos est vraiment bien conçu. Chacun a ses qualités, ses défauts. Aucun d’eux n’est trop gentil, ou trop méchant. Degan a beau être un voleur coureur de jupons, il comprend la responsabilité qui lui incombe et essaie de se comporter en fonction. Neela est très sévère mais c’est pour cacher une vraie angoisse. Arkos est droit, a le sens du devoir, est fidèle mais, face a une petite fille, il laisse paraître des sentiments touchants, paternels. Tout cela permet de bien s’attacher à eux et, vraiment, bravo à l’auteur.

Enfin, l’histoire est en fait une épopée, thème Fantasy très classique (JRR Tolkien l’a bien inauguré dans son oeuvre de référence). Et cela fonctionne bien. L’aventure s’enchaine correctement, les intrigues se tissent au fur et à mesure du voyage et on a hâte de voir où toutes ces péripéties vont les emmener.

Une chose que j’ai trouvée un peu dommage, en parlant de l’histoire, c’est qu’on attend assez longtemps dans le récit pour comprendre où l’auteur veut en venir. J’ai noté que la révélation sur ce qu’est Degan et les choses qu’il devra accomplir sont à partir du chapitre 18. Avant, je pense que Franck J. Matthews a voulu trop détailler et, malheureusement, cela entraine une inégalité dans le rythme de l’histoire. Un début plutôt lent et, à partir du milieu du livre, on enchaine d’action en action. En même temps, il vaut mieux démarrer en douceur et finir en force que l’inverse! Surtout quand d’autres tomes viendront derrière…

Autre petit point de doute concerne Jalen, l’ancien Parleur banni. Finalement, il est assez absent du roman alors qu’on devine vite qu’il sera le grand méchant. Pourtant, on entend peu parler du Parleur. On sait qu’il est quelque part, reclus, mais il n’a aucun sbire? Aucun allié caché se révélerait au cours de l’histoire (ou que le lecteur devinerait)? Pour avoir eu l’info à la source (par l’auteur quoi ;)), c’est un parti pris pour de futures révélations dans le prochain tome!

En conclusion, Le Nouveau Parleur a tout du roman Fantasy dans les grandes lettres. Tous les amateurs du genre passeront un très bon moment en compagnie de Degan et sa troupe sympathique. Je recommande vivement et attend le tome 2 avec impatience!

Vous l’avez lu? N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en commentaire!

1 réflexion au sujet de “Le Nouveau Parleur, Franck J. Matthews”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s