Critiques littéraires

Le Seigneur des Anneaux, JRR Tolkien

Tout part de là! L’emblème de la Fantasy et la source d’inspiration de tellement de romans et de films! C’est l’un de mes livres préférés et qui, sans surprise, m’a inspiré pour écrire mon propre récit!

Tout commence dans le monde imaginaire de La Terre du Milieu, et notamment dans le village de La Comté, peuplé de Hobbits, créatures décrites par Tolkien comme des humains de toute petite taille mais avec de grands pieds poilus pour se déplacer rapidement. L’histoire débute donc dans ce village pour l’anniversaire de Bilbon Sacquet. Ce dernier, aidé de son neveu Frodon, est dans les préparatifs de la soirée qui marquera ses 111 ans. Gandalf le Gris, un magicien et ami de Bilbon, les rejoints pour la soirée. Au cours de celle-ci, après un discours, Bilbon se volatilise devant une audience médusée. Frodon le retrouve chez lui. Bilbon lui annonce son départ et le laisse héritier de la maison ainsi que d’un mystérieux anneau qui donne le pouvoir d’invisibilité (c’est grâce à lui qu’il a pu disparaitre pendant le discours). Gandalf, aussi présent, intime Frodon a cacher l’anneau pendant qu’il fera des recherches pour en déterminer l’origine. Dix-sept ans plus tard, le magicien revient et raconte à Frodon que l’anneau est en réalité l’Anneau Unique, forgé par Sauron, maître des ténèbres. Si celui-ci était amené à le retrouver, La Terre du Milieu serait alors gouvernée par les puissances obscures. Gandalf lui annonce qu’il n’est plus en sécurité, les sbires de Sauron savent que quelqu’un a retrouvé l’Anneau. Frodon doit partir à Fondcombe, demeure d’Elrond, puissant semi-elfe, qui pourra l’aider. Avec son jardinier, Sam Gamegie, ainsi que deux amis, Perregrin Touc (Pippin) et Meriadoc Brandibouc (Merry), ils partent. Le trajet est semé de dangers, avec les Cavaliers Noirs, envoyés par Sauron, qui recherchent activement Frodon. Ils obtiennent l’aide de plusieurs personnages et notamment de l’Arpenteur, ami de Gandalf. Au bout de plusieurs péripéties, ils arriveront enfin à Fondcombe où Elrond tiendra un conseil avec les représentants de chaque race de la Terre du Milieu (Nains, Elfes, Humains…). L’Anneau ne pouvant être détruit qu’en étant jeté dans le cratère du volcan où il a été forgé, la Montagne du Destin, une coalition composée de Frodon et ses trois amis Hobbits, Gandalf, l’Arpenteur (qui en réalité est Aragorn, héritier du trône de la Terre du Milieu), Boromir (humain), Legolas (Elfe) et Gimli (Nain). Ils formeront la Communauté de l’Anneau et les trois tomes du Seigneurs des Anneaux suivront leur périple.


Un Anneau pour les gouverner tous, un Anneau pour les trouver. Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier

Quel pied! On en a plein les yeux tout au long des trois parties. Tolkien insiste beaucoup sur les descriptions des personnages et des lieux. D’ailleurs, le livre commence sur une explication détaillée des Hobbits, de leur habitat, leurs coutumes… Ce que j’ai aimé peut aussi être ce qu’on peut reprocher au livre. La première fois que j’ai essayé de le lire, je n’y suis pas arrivé, tellement les descriptions étaient poussées et, à mon sens de l’époque (j’avais peut-être 13 ans quand je m’y suis attaqué), cela créait beaucoup de longueur. J’ai du attendre 15 ans pour m’y atteler à nouveau et comprendre l’intérêt de cette narration descriptive, pour nous immerger dans cette univers incroyable et créé de toute pièce (en s’inspirant des légendes celtiques, certes) par le génial Tolkien. Les personnages sont très travaillés et les scènes de batailles sont très bien décrites. J’ai (bien sûr) vu les films de Peter Jackson et il a fait un travail absolument génial. Le fil conducteur, les personnages, les lieux… presque tout a été fait dans le respect du livre. Ses films rentrent dans ceux que je préfère! Il y a, cependant, des largesses à constater entre le cinema et la littérature: dans les romans, Frodon part détruire l’Anneau à l’âge de… 50 ans (dans le film, il en a peut-être 20!). En cours de chemin, et notamment au début, on rencontre plus de personnages (les elfes des bois, Tom Bombadil…) qui ont leur importance dans le récit mais que Jackson a occulté. Il y a aussi la fin du film qui n’est pas la même que le livre! Car si le dernier défi de Frodon est la Montagne du Destin dans le film, dans les romans de Tolkien, cela ne finit pas là… Bref, une longue description à la hauteur de mon admiration pour cette trilogie cultissime et pour Tolkien, ce génie de la Fantasy.

View this post on Instagram

LE SEIGNEUR DES ANNEAUX . L'emblème de la Fantasy et la source d'inspiration de tellement d’auteurs! C'est l'un de mes livres préférés et qui m'a inspiré pour écrire mon propre récit! Tout commence dans le monde imaginaire de La Terre du Milieu, dans le village de La Comté. Bilbon Sacquet, vieil Hobbit, aidé de son neveu Frodon, prépare son anniversaire. Gandalf le Gris, un magicien et ami, les rejoint. Au cours de la soirée, Bilbon se volatilise devant une audience médusée. Frodon retrouve son oncle sur le départ. Il lui donne un mystérieux anneau qui donne le pouvoir d'invisibilité. Gandalf part et après plusieurs années de recherche, découvre que l'anneau est en réalité l'Anneau Unique, forgé par Sauron, maître des ténèbres. Si celui-ci était amené à le retrouver, La Terre du Milieu serait en péril. Frodon doit s’enfuir avec l’Anneau au plus vite. Avec son jardinier, Sam, ainsi que deux amis, Pippin et Merry, ils partent pour un voyage semé de dangers. Ils arriveront enfin à Fondcombe où Elrond, puissant demi-elfe, tiendra un conseil avec les représentants de chaque race (Nains, Elfes, Humains). L'Anneau doit être détruit dans le cratère du volcan où il a été forgé. Une coalition composée de Frodon et ses trois amis, de Gandalf, Aragorn (héritier du trône), Boromir (humain), Legolas (Elfe) et Gimli (Nain). Les trois tomes du Seigneurs des Anneaux suivront leur périple. . On en a plein les “yeux” tout au long des trois parties. Tolkien insiste tellement sur les descriptions que la première fois que j'ai essayé de le lire, à 13 ans, je n'y suis pas arrivé. J'ai vu les films de Peter Jackson et il a fait un travail absolument genial. Ses films rentrent dans ceux que je préfère! On peut constater des libertés: dans les romans, Frodon part détruire l'Anneau à l'âge de 50 ans (dans le film, il en a peut-être 20!). En cours de chemin, on rencontre plus de personnages importants dans le récit mais que Jackson a occultés. Il y a aussi la fin du film qui n'est pas la même que le livre… . Bref, une longue desciption à la hauteur de mon admiration pour cette trilogie cultissime et pour Tolkien, ce génie.

A post shared by Grégoire Laroque (@gregoirelaroque_auteur) on

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s